La lettre de motivation ou comment bien se vendre

Rappels

Comme son nom l'indique, c'est une lettre de motivation : vous devez donc paraître intéressé par la société (donc la connaître) et présenter votre envie d'y travailler. Le but de la lettre est de faire passer ce sentiment au recruteur. Á noter qu'avec la généralisation des postulations par Internet, la lettre de motivation est souvent remplacée par un e-mail de motivation (un peu moins formel, en tout cas au niveau de la mise en page). Autre avantage, du moins pour la France : vous ne devez plus la faire manuscrite, ce qui vous économise le poignet, le risque d'une étude graphologique et énormément de temps. Profitez donc du temps gagné à ne pas faire de la bête recopie pour travailler d'autant plus cet élément essentiel d'une candidature.

Structure

On demande en général à une lettre de motivation d'être avant tout une lettre. Appliquez donc le formalisme local pour positionner les adresses d'expéditeur, date, lieu... Bref, prenez un modèle de lettre (j'en mettrai peut être ici, pas pour le moment) qui corresponde à ce qui se fait où vous postulez. Pour savoir ce qui se fait, reprenez une lettre de refus et recopiez... (si vous avez pas de lettre de refus, que faites-vous ici ?)

Au niveau du corps de la lettre, utilisez une structure trois paragraphes suivie d'une formule de politesse. C'est simple, classique et efficace. Suivant les écoles et les avis de chacun, on utilisera une structure de type Vous-Moi-Nous ou Moi-Vous-Nous. Personnellement, je suis très égocentrique, j'opte donc pour la seconde forme, mais c'est affaire de choix. Quoi qu'il en soit, le contenu change peu.

Moi

Ici, vous devrez expliquer à quel point vous êtes beau, fort et unique. N'exagérez pas trop non plus, par contre, il ne sert à rien de faire de la modestie mal placée. Le but est de se vendre, autant y aller franchement et mettre ses points forts en avant. C'est un paragraphe qu'il vaut mieux cibler sur le cœur de domaine de l'entreprise, pas sur le poste en particulier. Vous voulez postuler chez Bosch, expliquez que vous aimez les voitures et l'info embarquée, en le prouvant avec des exemples concrets.

Vous

Là, c'est assez subtil : il faut présenter l'entreprise pour montrer que vous la connaissez sans tomber dans le plagiat plat du site web (qui sera toujours mieux que votre prose). Il peut être intéressant de placer ce paragraphe en première partie de lettre, ça permet de s'en sortir en introduction. Une bonne solution consiste à connaître quelqu'un en interne et le citer en référence, ça fait toujours du bien. L'idée ici, en gros, consiste à vous approprier le domaine de la boîte, sa structure (genre savoir si c'est une filiale d'un grand groupe, une start-up, une entreprise qui a 250 ans), son domaine de compétence, et surtout montrer que vous connaissez tout cela et que vous êtes à l'aise avec. Attention avec les boîtes de service (ou de conseil, soyons gentils) et leurs annonces passe-partout pour ramener des candidats. Dans ce cas, il vaut mieux broder autour de l'intérêt d'être prestataire. Si vous n'y croyez pas, je vous aide : être toujours sur des projets intéressants, ne pas avoir de temps mort interprojet (on y croit), obtenir beaucoup d'expérience rapidement, acquérir des contacts internes dans de nombreux groupes normalement très fermés, travailler hors des contraintes hiérarchiques (par une boîte de presta, on est toujours en management matriciel). Vous n'êtes pas obligé d'y croire (ouf), mais vaut mieux que ça sonne vrai.

Nous

Bon, c'est là que se situe tout l'art. Vous avez expliqué que vous êtes génial, que la boîte est passionnante et travaille dans des domaines super intéressants. Maintenant, il faut monter la sauce est expliquer que VOUS êtes la personne idéale pour le job au vu de vos qualifications, de vos goûts personnels et de votre plan de carrière. Et il faut arriver à paraître crédible. Réel défi, renouvelé pour tout job et toute boîte...

Formule de politesse

Je vais déjà me permettre un petit aparté : il ne sert à rien de faire une lettre dans un style lourd et alambiqué. L'important est le contenu, pas le contenant. Utiliser une syntaxe correcte et des phrases courtes, incisives. Mettre un peu de cirage dans la partie sur la société, c'est bien, en rajouter dans l'obséquiosité, ça plombe et rend le texte non lisible (donc rejeté, selon le sacro saint principe du « tout de suite ou jamais »).

La formule de politesse doit rester dans cette ligne : polie, respectueuse, mais pas lèche-botte. Et montrer que l'on attend un peu quand même. Un truc du genre « Dans l'attente de recevoir de vos nouvelles, je vous prie d'agréer, Madame Schmurpfl, l'expression de mes salutations les plus cordiales » me plaît bien. Un peu plus poli sera de remplacer le « cordiales » par « respectueuses ». À vous de voir...

À qui l'adresser

Le cruel dilemme de savoir si on écrit au service ou à la RH. Mon conseil : faire des courriers nominatifs, ça porte toujours plus. La formule de politesse est plus franche avec un « Madame chose » qu'avec « Madame, Monsieur ». Problème, vous ne connaissez pas en général le nom du RH. Heureusement, ce problème se résout en général assez facilement avec un petit coup de téléphone au standard. Le tout est d'oser, on est pas tous égaux quand il faut y aller au culot (n'ayez pas honte, je suis incapable de faire ça, il suffit par contre de demander à une connaissance commerciale qui elle le fera avec un naturel désarmant). En cas de refus, toujours bien conserver le courrier de retour, il contient des informations nominales qui pourront resservir... De la même façon, bien garder le suivi des offres auxquelles on répond, des CV qu'on envoie, ça évite les incohérences et les lettres de motivation qui se contredisent à 6 mois d'écart.

Comment maximiser vos chances

L'enveloppe sera en général manuscrite : faites très attention à votre écriture. Soyez propre, mais naturel. Faire 3 enveloppes pour en réussir une ne coûte rien en temps !

En Suisse, on postule avec un dossier complet, contenant entre autres les certificats de travail, les diplômes, les notes, les références... Ce n'est pas le cas en France. Cependant, une lettre de recommandation d'un ancien chef ou d'un professeur peut toujours être jointe, ça prouve le sérieux de la candidature. Pensez d'ailleurs lorsque vous devez quitter un travail à demander à votre ancien chef s'il veut bien vous en faire une : si vous êtes en bons termes et compétent, il refusera rarement et c'est un précieux sésame que vous pourrez garder... Même si le domaine ne vous plaît pas pour le moment, on ne sait jamais de quoi sera fait le lendemain !

Vous pouvez postuler en candidat libre... Ça peut même parfois marcher, si vous avez un profil exceptionnel ou que la société est sur le point de passer une annonce (dans ce cas, un petit délit d'initié aide à postuler au bon moment). Cependant, il ne faut pas se leurrer, les RH cherchent en général des profils qui correspondent à un besoin défini. La réponse à une annonce reste donc la meilleure solution et de loin. Attention à ne pas céder au désespoir (on y arrive vite) et à postuler pour tout et n'importe quoi. Si une entreprise vous intéresse, attendez qu'elle propose un poste pouvant s'adapter à votre profil. Postuler de travers ne peut servir qu'à se griller.

Il peut être utile de postuler dans les cabinets de placement et autres sociétés de service. Une candidature mène très souvent sur un entretien RH (ils ont des quotas de rendez-vous candidats à prendre qui leur font voir tout le monde pour remplir les objectifs). C'est une bonne méthode pour rentrer dans leur base de données et avoir une bonne surprise à moyen ou à long terme. Il m'est arrivé de me faire rappeler pour un CV donné il y a deux ans, ce qui a conduit à un entretien très peu formel d'une dizaine de minutes et une mise à jour de mes données chez eux. Eux sont gagnants parce qu'ils gardent une base active et intéressante, et vous, vous avez la chance de vous faire proposer un job intéressant à un moment où vous aurez envie de bouger.

Autre point qui va me permettre de tordre le coup à une idée reçue : il vaut mieux postuler quand on est sous contrat qu'au chômage. Une personne qui postule alors qu'elle a déjà un travail a un avantage et non un handicap : la période de préavis est un faux problème (en général, on vous demande un mois de délai le temps de vous faire un contrat) et au moins, le recruteur n'a pas de peine à croire que le candidat est intéressé, vu qu'il ne fait pas ça pour manger.

La relance

Très important, une semaine après avoir postulé, si vous n'avez pas eu de nouvelles, un petit coup de téléphone ou un mail vous permettront de remettre un peu de pression sur la RH et surtout lui prouveront que vous êtes motivé. Tenir un tableau à jour avec les sociétés et les dates d'envoi de relance est une bonne idée.

Après

Le courrier passe, vous avez une lettre à entête : ne l'ouvrez surtout pas, c'est négatif ou semi-négatif. Ce sera pour une autre fois. Par contre, gardez toujours votre téléphone portable sur vous (pensez à le passer en mode vibreur en réunion) et avec de la batterie. Si vous voyez que vous ne pouvez pas répondre dans de bonnes conditions (voiture, mauvais réseau), ne répondez pas et rappelez plus tard, quand vous serez assis avec un papier et un crayon. Une RH laissera toujours un message avec nom et numéro.

Ça y est, vous avez une réponse positive, on vous propose un entretien. Parfait ! Pensez bien à être disponible ce jour là (bien tenir un calendrier aide) et préparez-vous pour l'entretien.